Le site spécialiste de l'assurance moto. Faites votre devis en ligne gratuitement !
Sécurité Routière : Mobilisation des motards et recul du gouvernement 30-05-11

Les nouvelles mesures restrictives du gouvernement continuent d’être fortement contestées. La mobilisation des motards reste forte, en témoigne les différentes manifestations qui ont eu lieu aux 4 coins de la France ce samedi 28 mai, réunissant près de 5000 personnes à Grenoble, Nancy, Cholet, Agen et Angers. Soit plus de personnes dans ces 5 villes que le 21 mai dernier dans toute la France…

Mobilisation suivie de la part des motards français:

Gilets rétro-réfléchissant, agrandissement des plaques d’immatriculation, suppression des panneaux avertisseurs de radars… Les raisons étaient nombreuses de se manifester et les motards ont répondu présent en se réunissant en masse ce weekend dans plusieurs villes françaises. L’objectif était bien sûr de maintenir la pression et de faire entendre le ras-le-bol général suite aux nombreuses mesures répressives annoncées par le gouvernement ces dernières semaines.

Et la grogne générale semble payer puisque le gouvernement revoit peu à peu ses positions. Après l’annonce du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, stipulant que les panneaux avertisseurs de radars seraient remplacés par des radars pédagogiques, c’est au tour de l’interdiction des avertisseurs de radars électroniques d’être revue. Suite à une réunion avec l’Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies et d’Aide à la Conduite (AFFTAC) ce vendredi 27 mai, il semblerait qu’un accord ait été trouvé entre les fabricants et le gouvernement.

Des avertisseurs de zones dangereuses:

Ces fameux avertisseurs ne devraient plus être interdits strictement, mais plutôt rebaptisés « avertisseurs de zones dangereuses ». Ils n’auraient plus pour vocation de signaler la position précise des radars fixes et mobiles mais de signaler au conducteur « les zones dangereuses sur l’ensemble de son itinéraire afin de lui permettre d’adapter sa vitesse en fonction des limitations et des circonstances. » Une définition un peu floue qui ajoute d’avantage à la cacophonie générale.

Même si l’utilisation précise de ces avertisseurs embarqués reste encore à définir, les fabricants semblaient satisfaits de cette décision. Le gouvernement quant à lui semble prendre conscience petit à petit de l’aberration de ses décisions.

La suite au prochain épisode.